1. Accueil
  2. Investissement dans les infrastructures à l'échelle mondiale
  3. Rapport sur l'investissement dans les infrastructures durables
  4. Les embûches sur la route des infrastructures durables
empty image

Rapport sur l'investissement dans les infrastructures durables

Les embûches sur la route des infrastructures durables 

Explorer les tendances, les acteurs et les données déterminant l'essor des infrastructures durables.

Dans ce rapport, nous allons mettre en évidence certaines des principales tendances qui stimulent le marché actuel de l'investissement dans les infrastructures durables, ainsi que des données clés qui aideront à affiner la liste des acteurs clés, à identifier les indicateurs les plus importants à surveiller ainsi qu'à souligner les défis qui se profilent pour les investisseurs et les sponsors gouvernementaux.

Les principaux faits en un coup d'œil

  • Un record de 627 milliards de dollars américains injectés dans les projets d'infrastructures durables, dans les secteurs des énergies renouvelables et du nucléaire, a été annoncé à l'échelle mondiale en 2021, contre 275 milliards de dollars américains en 2020. Au total, 1 521 projets d'infrastructures renouvelables et nucléaires ont été déclarés, contre 1 365 en 2020. Cela représente plus de 3,5 fois le nombre total de projets lancés il y a dix ans.
  • Les projets solaires sont en tête avec un total de 863 nouveaux projets annoncés en 2021, suivis de l'éolien, qui a vu 442 nouvelles initiatives lancées l'an dernier.
  • Malgré une croissance stable des investissements, de nombreux grands projets ont été mis de côté en raison d'une combinaison paralysante de retards de projets liés à la pandémie, de problèmes de chaîne logistique, de tensions géopolitiques et de pressions inflationnistes. Sur les 1 232 projets solaires et éoliens annoncés en 2020, seulement 47 (3,8 %) ont été menés à bien.

 

Introduction

Où sont toutes les éoliennes ou, dans la même veine, les fermes solaires, les centrales hydroélectriques et les flottes de transports publics électriques ? Cela devrait être l'âge d'or des infrastructures durables. Entre l'immense plan budgétaire  (EN) de l'administration Biden visant à reconstruire les États-Unis tout en passant à des sources d'énergie plus propres, le Pacte vert de l'UE (EN), avec son objectif ambitieux de croissance dissociée de l'utilisation des ressources, et une mission mondiale en faveur de l'investissement durable (EN), nous aurions pu nous attendre à voir des preuves plus visibles de la transformation dont tout le monde parle depuis plusieurs années.

Le fait est que les projets d'infrastructure durable sont bien actifs et se développent à l'échelle mondiale, mais la vague d'enthousiasme qui a accompagné les proclamations audacieuses de la Conférence des Nations Unies sur le changement climatique de la COP26 (EN) et les spéculations galopantes des investisseurs (EN) s'est heurtée à quelques vents contraires. Ces derniers incluent un environnement géopolitique de plus en plus tendu qui peut créer de futures difficultés d'accès aux ressources naturelles essentielles, d'innombrables retards de projet et dépassements de budget causés par la pandémie, des problèmes de chaîne logistique et un environnement économique instable.

Comme nous l'avions présagé un an auparavant dans notre premier Rapport sur l'investissement dans les infrastructures durables (EN), le rythme et l'ampleur des changements ayant lieu génèrent de grandes opportunités et des risques importants. Ces deux aspects font désormais surface tandis que les infrastructures durables entrent dans la délicate période d'adolescence de leur croissance évolutive.

Image with cross-section of a road on bridge with water on the left side, while the nature with greenery  on the right of it.

Chapitre un

Toutes les infrastructures ne se valent pas

La conversation commence généralement par les nids-de-poule. Les rues de la ville qui tombent en ruine, les ponts et les tunnels qui se dégradent ainsi que les aéroports et les gares ferroviaires qui sont submergés : voici les sujets de projets d'infrastructure qui nous inspirent, car nous les expérimentons tous les jours. De là, il n'y a qu'un pas vers les centrales électriques à charbon qui crachent du carbone et qui génèrent 1 kilo de CO2 par kilowattheure (EN) d'électricité, ainsi que vers les flottes de bus et les poids lourds qui rejettent environ un quart (EN) de tous les gaz à effet de serre liés au transport.

Invariablement, même l'observateur le plus occasionnel doit conclure que l'infrastructure et la durabilité sont liées de façon inextricable. Bien que tous les projets d'infrastructure actuels ne soient pas durables, comme en témoignent les nids-de-poule et les cheminées qui subsistent, changer le statu quo en se concentrant sur la durabilité est devenu l'un des objectifs principaux de presque toutes les grandes économies mondiales. Que ce soit par le biais d'engagements vis-à-vis des objectifs de développement durable de l'ONU (EN) et de l'Accord de Paris (EN), d'une législation audacieuse telle que la loi sur les Infrastructures bipartites et le Pacte vert européen, ou de toute autre initiative régionale et municipale en matière d'air propre, d'économie d'énergie et de conception environnementale, aujourd'hui, la grande majorité des investissements dans les infrastructures sont fortement axés sur la durabilité.

Les gouvernements du monde entier placent les questions environnementales, sociales et de gouvernance (ESG) en tête de leurs agendas administratifs et leur attention est clairement ciblée sur le climat et les émissions de carbone.

« Cela signifie que tout est sur la table, de l'obligation pour les entreprises de déclarer les émissions totales associées à leurs chaînes logistiques mondiales à l'application des normes d'efficacité pour les nouveaux projets de construction, en passant par la réglementation des émissions de CO2 des centrales électriques. »

Par conséquent, les entreprises, les investisseurs et les législateurs ont compris l'importance du suivi de la durabilité par les chiffres, en évaluant la viabilité à long terme des nouvelles initiatives, à la fois sur leur potentiel de générer des bénéfices et sur leur capacité à le faire de manière durable. En ce qui concerne les infrastructures à grande échelle, la réussite ou l'échec de ces projets dépendra finalement de leur capacité à améliorer notre quotidien tout en prouvant qu'ils atteignent leurs objectifs de durabilité à long terme.

Pour cette raison, les données deviennent un ingrédient clé de l'écosystème des projets d'infrastructure durable mondiaux. En suivant en permanence les tendances d'investissement, en identifiant les principaux acteurs, en mettant en évidence les technologies de base et en mesurant les variations d'une année sur l'autre, nous visons à fournir la vérité absolue sur l'investissement dans les infrastructures durables. Cela inclut l'identification et la catégorisation des projets qui répondent aux critères de durabilité dans leur mise en œuvre et leur portée, ainsi que de ceux qui sont financés de manière durable, basés sur des sources de financement de projet qui prennent en compte les facteurs ESG lors de l'allocation des fonds.

Image of solar panels sliding towards the left side with the clouds captured above,

Chapitre deux

Infrastructures durables en chiffres 

En étudiant ces chiffres, nous notons un record de 627 milliards de dollars américains de projets d'infrastructures durables annoncés dans les secteurs des énergies renouvelables et du nucléaire, parmi l'éolien, le solaire, le nucléaire, les déchets propres et plusieurs autres catégories, en 2021, d'après les données de Refinitiv. Ce total comprend 1 521 projets individuels dans les Amériques, la région Asie-Pacifique, l'Europe et le Japon, soit plus de 3,5 fois le nombre total de projets d'infrastructures durables lancés dix ans plus tôt et plus de quatre fois la valeur totale en dollars.

Sur ces 1 521 projets d'infrastructures d'énergie renouvelable et nucléaires, 194 ont été financés de manière durable, ce qui signifie que le financement du projet provient d'obligations sociales, d'obligations liées à la durabilité, d'obligations vertes et/ou de sources de financement où une partie du produit de l'investissement est utilisée pour des résultats durables. La valeur totale en dollars de ces contrats d'infrastructures financés de manière durable s'élevait à 59,5 milliards de dollars américains en 2021.

En ce qui concerne les types de projets financés, le solaire est devenu le leader incontesté, comptant 863 projets annoncés en 2021. Les projets dans le secteur de l'éolien, qui était la catégorie en tête dans le Rapport sur l'investissement dans les infrastructures durables (EN) de l'année dernière, arrivent en deuxième position, avec 442 nouvelles initiatives présentées l'année dernière. Les deux catégories ont enregistré un nombre record de communications de nouveaux projets en 2021, les projets solaires ayant été multipliés par 6,5 par rapport à ceux de 2011.

Cette croissance rapide du secteur solaire vient d'être à nouveau stimulée par l'annonce de juin (EN) de l'administration Biden selon laquelle les États-Unis mettraient en place une exemption tarifaire de 24 mois pour les produits de panneaux solaires provenant de plusieurs pays d'Asie du Sud-Est. Les États-Unis ont également invoqué l'utilisation de la loi sur la Production de défense pour promouvoir la production intérieure de panneaux solaires. Ces deux efforts ont été mis en œuvre spécifiquement pour résoudre les retards de projet généralisés causés par les problèmes de chaîne logistique.

Image with the windmills placed at unique distance from one another with background having the clouds and green mountains.

Chapitre trois

Nuages à l'horizon

Bien que le nombre total de projets annoncés suggère que 2021 était une année phare pour les nouveaux projets solaires et éoliens, certains contretemps ont empêché nombre d'entre eux d'être lancés aussi rapidement que les parties prenantes concernées l'auraient souhaité. Entre les pénuries de travailleurs liées à la pandémie et les retards dans la construction, l'augmentation des tensions géopolitiques, les ralentissements de la chaîne logistique et l'incertitude macroéconomique croissante, des centaines de projets ont été mis de côté.

Parmi les 1 232 projets solaires et éoliens annoncés en 2020, par exemple, seulement 47 (3,8 %) ont été réalisés. De même, parmi les 1 069 projets solaires et éoliens présentés en 2019, seulement 89 (8,3 %) ont été concrétisés.


L'expérience de Siemens Gamesa (EN), le plus grand fabricant d'éoliennes au monde, est un exemple de grande notoriété de ces difficultés en jeu. En effet, la société a enregistré une baisse de 20,3 % de son chiffre d'affaires au 1er trimestre 2022, en grande partie en raison des problèmes grandissants dus aux interruptions de la chaîne logistique. Finalement, la série de retards et d'opportunités manquées constantes a réduit de moitié la valeur de marché du géant de l'éolien en mer et entraîné la sortie inopportune (EN) de son directeur général.

« De nombreux gros projets se sont mal passés », explique Rod Morrison, rédacteur en chef de Project Finance International. « D'un côté, tout est rose. Le marché des fusions et acquisitions ronronne et de nombreux nouveaux projets ont été annoncés. Mais de l'autre côté, nous observons d'innombrables exemples où les projets sont retardés en cours de route, en raison de la COVID et des problèmes de chaîne logistique. Ajoutez à cela le fait que le prix des matériaux monte en flèche, que les prix du pétrole et du gaz augmentent drastiquement (EN) et que les réalités de la situation actuelle sont beaucoup plus inquiétantes. »

M. Morrison ajoute que les prix du pétrole et du gaz ont multiplié les problèmes, car : « les grands promoteurs de projets ont couvert leur risque de prix, ce qui s'est avéré être la mauvaise chose à faire compte tenu de la hausse des prix actuelle. »

Cela fait référence au fait que de nombreux projets énergétiques sont soutenus par des contrats à long terme avec des acheteurs ou des couvertures à court terme pour garantir des prix qui ont été mis en place lorsque les prix de l'énergie étaient plus bas. Par conséquent, pour le moment, ceux qui disposent de ces couvertures ne bénéficieront pas des prix plus élevés. Bien sûr, lorsque les prix sont bas, les projets sont protégés.

« La guerre entre la Russie et l'Ukraine est au cœur du problème. Cela a dirigé les projecteurs sur la sécurité de l'approvisionnement existant en énergie et soulevé d'innombrables questions sur la viabilité à long terme des stratégies de carburants alternatifs qui nécessitent de grandes quantités de nickel, de cobalt, de cuivre et d'autres ressources naturelles provenant en grande partie de Russie. »

La richesse minérale de l'Ukraine, en particulier ses gisements de lithium largement inexploités, a été mise en évidence (EN) comme un facteur possible de l'invasion russe.

Selon Alessandro Sanos, directeur mondial de la Stratégie de ventes pour les matières premières à Refinitiv, une entreprise de LSEG, l'accès et l'extraction durables de ces métaux et minéraux, dans un contexte de troubles géopolitiques mondiaux, constituent un véritable angle mort dans la transition vers l'énergie propre.

« Nous ne pourrons pas réussir notre transition vers les énergies renouvelables et électrifier l'économie si nous ne résolvons pas le problème des métaux et des minéraux », explique-t-il. « En d'autres termes, nous ne disposons pas d'une offre suffisante de métaux et de minéraux pour répondre à la demande insatiable et croissante, nécessaire pour atteindre les objectifs de transition spécifiés par l'Accord de Paris et la COP26. »

M. Sanos ajoute que l'exploration, le développement et la mise en place de nouvelles mines prennent plusieurs décennies et que les politiques environnementales de plus en plus strictes en matière d'exploitation minière vont invariablement augmenter face aux objectifs de réduction des émissions.

La baisse de qualité de la teneur du minerai pose un autre défi important. Les métaux et les minéraux sont des ressources non renouvelables et il reste moins de gisements de minerai de haute qualité à développer. Selon le Forum économique mondial (EN), le coût moyen de production de cuivre a augmenté de plus de 300 % ces dernières années, tandis que sa teneur a chuté de 30 %.

The graphics on the image show three outlined capital letters representing acronym for energy NRG outlined with surrounding data elements

Chapitre quatre

Construire des ponts

Les défis liés aux coûts des combustibles fossiles ont généré des répercussions allant bien au-delà du monde du financement de projets.

« La situation géopolitique actuelle a vraiment compliqué le paysage de l'investissement dans les infrastructures durables », déclare Darrenth Hawken, directrice du Financement mondial durable et des infrastructures à Refinitiv, une entreprise de LSEG. « La plupart des pays reconnaissent qu'ils ne peuvent pas produire d'énergie renouvelable suffisamment rapidement pour compenser le manque d'approvisionnement énergétique existant. Le Royaume-Uni, par exemple, qui a été un leader dans la transition vers l'énergie éolienne, n'a généré que 20 % de son énergie totale à partir de l'éolien, l'année dernière. Entre les difficultés de chaîne logistique, les retards de projet et les craintes croissantes concernant la sécurité énergétique, nous constatons une résurgence des projets liés au pétrole et au gaz naturel. »

Pour mettre la situation en contexte, prenons l'exemple du projet de pipeline de gaz naturel Nord Stream 2 Baltic Sea, initiative colossale de 11 milliards de dollars américains visant à doubler le débit de gaz russe acheminé directement en Allemagne. Le projet, qui avait été lancé pour alléger la pression sur les consommateurs européens confrontés à des prix énergétiques record après la pandémie, a été interrompu par le gouvernement allemand en février 2022, après l'invasion de l'Ukraine par la Russie.

Cet exemple est significatif, car il montre à quel point le monde dépend encore des combustibles fossiles et l'effet spectaculaire que les événements géopolitiques peuvent avoir sur l'offre de ces ressources. Par conséquent, les pays s'efforcent de trouver de nouveaux moyens d'atténuer les pénuries d'approvisionnement à court terme tout en se prémunissant contre les risques d'approvisionnement futurs pour les combustibles fossiles et les matières premières nécessaires à la transition vers une énergie propre.

M. Morrison de Project Finance International, explique que la tournure compliquée des événements a stimulé une augmentation de l'activité de financement de projets dans le gaz naturel liquide, en tant que carburant intermédiaire pour soutenir la transition vers une production d'énergie plus durable. Il note que l'hydrogène a également été mis en vedette en tant que domaine d'investissement largement non testé, mais potentiellement en pleine croissance. En citant comme exemple le projet de financement de centrales à hydrogène ACWA d'un montant de 7 milliards de dollars américains en Arabie saoudite, il déclare : « À cause de l'invasion russe, tout le monde est à la recherche de sources d'énergie alternatives, ce qui bénéficiera au pétrole et au gaz à court terme et redessinera la carte de la chaîne logistique pour les matériaux sources utilisés dans les initiatives concernant l'énergies renouvelables. »

Selon les données de Refinitiv, 36 nouveaux projets d'infrastructure de gaz naturel liquide et 120 nouveaux projets d'hydrogène ont été annoncés l'année dernière.
Image of Tokyo city landscape of buildings.

Chapitre cinq

Montrez-moi l'argent

Le paysage des sources de financement pour les projets d'infrastructures durables est également devenu aussi instable que les projets eux-mêmes. Comme nous l'avions annoncé l'année dernière, la part d'investissement du lion dans ces projets provient toujours des grandes banques commerciales mondiales. D'après les données de Refinitiv, les 10 premières banques commerciales ont versé plus de 35 milliards de dollars américains dans des projets d'infrastructures durables l'année dernière, contre 29 milliards de dollars américains en 2020.

Au Japon, Sumitomo Mitsui Banking Corporation et Mitsubishi UFG Financial Group ont pris les deux premières positions concernant le volume total de financement des transactions en 2021. Ils étaient suivis par Mizuho Financial Group, Santander et Crédit Agricole.

Les plus grandes banques mondiales sont loin d'être les seules à porter un intérêt économique aux infrastructures durables. Tandis que les indices de référence tels que l'économie verte des États-Unis (EN), qui comprend des sociétés offrant des produits et services écologiques, et l'indice FTSE Environmental Opportunities (EN), qui inclut des sociétés tirant au moins 20 % de leur chiffre d'affaires de produits et services environnementaux, continuent de dépasser les investissements de groupes de pairs non ESG, les gestionnaires d'actifs et les investisseurs du monde entier prennent note. De même, l'émission mondiale d'obligations de durabilité, qui financent le fonctionnement général d'un émetteur dont les objectifs de durabilité explicites sont liés aux conditions de financement de l'obligation, a atteint un niveau record en 2021 (EN).

Claire Dorrian, Head of Sustainable Finance, Capital Markets, à London Stock Exchange Group, explique que l'intérêt des investisseurs dans le domaine a augmenté si rapidement que cela modifie fondamentalement la structure de marché sous-jacente des marchés financiers mondiaux.

« En elle-même, l'économie verte représente le cinquième plus grand secteur au monde, à l'heure actuelle », explique Mme Dorrian. « Par conséquent, nous avons constaté une croissance généralisée des nouveaux fonds axés sur tout, des énergies renouvelables aux infrastructures numériques. »

Mme Dorrian indique les 33 fonds verts cotés rien qu'à Londres, avec une capitalisation boursière combinée de plus de 30 milliards de livres sterling couvrant les investissements dans les ressources sociales, les énergies renouvelables, l'efficacité énergétique et les infrastructures numériques. Elle cite aussi les 22 fonds d'infrastructures d'énergie renouvelable qui bénéficient d'une capitalisation boursière totale de 15 milliards de livres sterling. Le secteur se négocie avec une prime de 12,1 % par rapport à la valeur liquidative.

Ces chiffres expliquent les projets (EN) du London Stock Exchange Group de développer un marché du carbone volontaire qui permettra finalement une approche basée sur le marché pour investir dans des activités qui réduisent et éliminent les émissions de carbone mondiales.

« Nous voyons une opportunité d'intégrer, dans le domaine public, des activités qui ont eu lieu sur les marchés de gré à gré », explique Mme Dorrian. 

Grâce aux données adéquates et à l'intérêt soutenu des investisseurs dans ce domaine, nous pensons pouvoir créer une structure de marché qui soutient la cotation des fonds carbone investissant dans des projets mondiaux d'atténuation du changement climatique.
Undersea water bubbles with circular graphics on top of the image. The bubbles metaphorically represent data

Chapitre six

DONNÉES : une ressource précieuse dans un monde instable

Bien que l'intérêt pour la durabilité soit clairement à son plus haut niveau depuis toujours parmi un ensemble diversifié et croissant de parties prenantes, nous sommes encore à l'orée de la révolution des infrastructures vertes. Les technologies spécifiques, les matières premières, les sources de financement et les pouvoirs régionaux qui, en fin de compte, mèneront la transition, sont tout sauf certains. De même, les environnements géopolitiques et macroéconomiques qui, à terme, mettront à profit des infrastructures durables sont plus instables que ceux que nous avons vus depuis plusieurs décennies.

Cette poudrière d'opportunités et de risques créera d'innombrables façons pour les investisseurs, les innovateurs, les entreprises et les organismes de réglementation de gagner et de perdre gros, en fonction de leur capacité à distinguer avec précision une bonne affaire d'une mauvaise. C'est pourquoi, dans le mouvement des infrastructures durables, les données sont peut-être la ressource la plus précieuse de toutes.

Alors que de nouveaux développements révolutionnaires sont lancés chaque jour et que l'opinion change du jour au lendemain en fonction d'un mélange complexe d'actualités du marché, de technologies et de politiques, la capacité à tracer avec précision les tendances, à lire le marché et à tout anticiper, des problèmes de chaîne logistique aux pénuries de main-d'œuvre, dépendra de la maîtrise de données approfondies, de connaissances d'experts et d'analyses performantes.

Il y aura inévitablement des embûches que personne n'aura vu venir sur la route de l'avenir des infrastructures durables. Inutile de chercher plus loin que les répercussions continues de la pandémie de COVID-19 pour avoir de nombreuses preuves de ce phénomène. Cependant, il y aura aussi des opportunités uniques d'exploiter le prochain grand évènement et de façonner l'avenir de l'humanité tout au long du parcours. Ces opportunités sont tout simplement trop importantes pour être ignorées par la masse de spéculateurs qui se précipitent dans ce domaine. La clé de leur survie sera de percevoir les bons signaux au bon moment.

Infrastructure 360 de Refinitiv

Refinitiv propose l'ensemble le plus complet d'actualités, de données, d'informations et d'analyses sur les développements d'infrastructures à l'échelle mondiale, de la rumeur à la réalisation du projet, y compris sur la structuration des offres, le financement, le profil de risques, la conformité réglementaire ainsi que les profils de prêteur, d'investisseur et de conseiller.

L'application Infrastructure 360 (GINFR) dans Refinitiv Workspace combine plus de 45 ans de contenu de qualité de Project Finance International (PFI), Refinitiv® Lipper®, Refinitiv® Deals Intelligence, Refinitiv® DataStream, Loans, Reuters News et ESG. 

Informations de Refinitiv sur les matières premières

Dans le monde d'aujourd'hui, les marchés des matières premières et le paysage des infrastructures sont de plus en plus interconnectés. Les fluctuations des matières premières ont un effet sur le rythme et le coût des projets d'infrastructure, et vice versa. Par exemple, de grandes quantités de métaux et de minéraux sont nécessaires pour construire des parcs éoliens et transmettre de l'énergie. Toute augmentation des prix des matières premières entraînera une augmentation des coûts de construction des infrastructures. Dans la planification et le financement de projets, il est donc essentiel de tenir compte des facteurs ayant un effet sur l'offre, les flux et les coûts des matières premières. Pour anticiper les opportunités et les difficultés liées aux infrastructures, les investisseurs doivent surveiller les mouvements des matières premières. Refinitiv dispose de l'ensemble le plus complet de données uniques, d'analyses, d'informations d'experts et d'actualités exclusives sur les marchés en pleine évolution concernant les matières premières mondiales. Optimisez votre analyse et prenez des décisions d'investissement plus éclairées grâce à l'accès aux informations de Refinitiv sur les matières premières.